© Pierre Meyer

Le sentier de l’Adour

le chemin tracé d’un fleuve

Sentier de tolérance et de compréhension

« Le chemin qu’on suit est le chemin qu’on trace »… rien n’est plus vrai pour le chemin de l’Adour.

Ce sentier de découverte accessible aux piétons, cavaliers et vététistes, long de 80 km entre Bazet-Arensan (limite Grand Tarbes) et Barcelonne-du-Gers (à 2 km d’Aire-sur-l’Adour), initié par le Pays du Val d’Adour et confié au syndicat Mixte de Gestion Adour et Affluents, parcourt berges, chemins ruraux et petites routes dans un esprit de valorisation de l’eau et du tourisme vert.

C’est en le fréquentant que les utilisateurs se sensibiliseront aux enjeux environnementaux et auront une meilleure perception des usages de l’eau. L’eau pour la salubrité, pour la vie sauvage, pour les activités économiques, sportives et ludiques.

Bref, un sentier de découverte qui enseigne la tolérance et la compréhension.

pierre-pineau-itinrance-dun-rhizome.jpg
Pierre Pineau

Récitation des moindres méandres... Marcher le long du fil de l’Adour, c’est marcher avec un fil d’Ariane qui permet rapidement une évasion presque spirituelle tout en entrant en rencontre en même temps avec un territoire, celui de la nature à l’état pur. La quiétude des lieux vous berce au gré des clapotis et de l’appui de vos pas. Là un héron, ici des empreintes de loutres, là encore des arbres à papillons… Sentier de l’Adour ne signifie pas systématiquement longer le fleuve, il peut même s’en éloigner légèrement sur quelques tronçons. Il traverse des bourgs et des villages marqués par la présence de nombreux ouvrages liés à l’usage de l’eau : ponts, digues, canaux, moulins, lavoirs. Et si vous décidiez d’en parcourir l’ensemble ?

De l’amont vers l’aval, itinéraire de randonneurs gâtés

Dés le départ, depuis Bazet, le sentier de l’Adour fait la jonction avec le Caminadour qui traverse l’agglomération de Tarbes. A Tostat, il vous faudra traverser le pont et longer le fleuve par sa rive droite. Vous passerez ainsi devant le Tostadium (circuit de VTT). A Ugnouas, vous découvrirez avec intérêt le seuil et sa passe à poisson.  Ce dispositif leur permettant de franchir l’obstacle construit par l’homme. Bazillac fût un lieu de rencontre, d’échanges et de labeur puisque c’est là que vous verrez le lavoir, les meules du moulin et son réseau des canaux.

Oui, vous y avez pensé et vous avez raison ! Arrivé à Artagnan, il s’agit bien du même nom que celui du célèbre Mousquetaire puisque celui-ci a pris le nom du village de sa mère pour entrer au service du roi Louis XIII.

Parvenu à Maubourguet, n’oubliez pas de vous rendre au Musée pour y admirer la mosaïque gallo-romaine (voir notre page Musée de Maubourguet dans ce site) et de pénétrer à l’intérieur de son église, bijou de l’art roman. Parcourez les allées Larbanes et ses platanes qui confèrent à la ville un air  et un art de villégiature. D’ailleurs pour peu que nous soyons vers le 15 Aout, vous pourrez aussi y découvrir les « rencontres de Maubourguet » concept original réunissant artistes et sportifs. Après le Pont d’Estirac, vous suivez la digue de protection construite contre les inondations.

Il est plus que largement temps de faire une pause, puisque vous aurez parcouru un peu plus de 28 kms (Et oui, quand on aime on ne compte pas !) et parvenu à Labatut-Rivière, vous trouverez tous les espaces de détente nécessaires juste au bord de l’Adour (tables, jeux, …)

Suite d’un itinéraire pas tout à fait bis

Vous vous sentez bien ? vous avez envie de poursuivre pour un nouveau tronçon ? Alors départ pour environ 20kms et 4 heures de marche en commençant par Hère, beau poste d’observation en promontoire de l’Adour avec la culée de l’ancien pont.

Parvenu à Jû-Belloc, la visite s’impose à la maison de l’eau et bien entendu le silence est d’or et d’eau à l’ancienne gravière devenue un espace pédagogique, surtout si vous voulez avoir la chance d’observer ces fameuses tortues aquatiques : les cistudes.

Arrivé à Mazères, amateurs de vestiges et de patrimoine, sortez les appareils photos pour vous souvenir de sa magnifique église du XIème siècle. A Préchac sur Adour, vous croiserez de nombreux pécheurs et des personnes rassemblées là, surtout aux beaux jours, pour la détente privilégiée qu’offre le site du lac de pêche. D’ailleurs un peu plus loin à Galiax, les amateurs de la pêche sportive à la Carpe seront heureux de découvrir un carpodrome (géré par l’association de pêche).

Vous allez ensuite faire une petite incursion le long des berges de l’Arros (affluent de l’Adour), en arrivant à Tasque, et là aussi profiter d’un site patrimonial avec l’église édifiée à partir des restes d’une abbaye bénédictine du XIème siècle. Près de Cahuzac sur Adour, le sentier circule à travers les lacs de l’ancienne gravière.

Vous êtes arrivés à Riscle où vous pourrez vous installer dans le poste d’observatoire ornithologique de  l’ancienne gravière, puis poursuivre un moment le long de l’agréable sentier, de part et d’autre du pont sur la rive droite. Non loin de là, une exploitation pisciculture d’esturgeons nous promet bientôt la visite possible de son site.

Encore 37kms

Et si vous décidiez d’aller voir nos amis landais ? encore un peu d’énergie ? vous n’êtes bien entendu pas dans l’obligation de tout faire aujourd’hui ! mais si vous vous sentez le pas alerte et le sac léger : GO !

En avant pour rejoindre Tarsac et vous sentir l’âme aventurière en passant sous le pont de chemin de fer, puis dans la ripisylve, c’est-à-dire la végétation qui borde le lit de la rivière. Elle peut former un liseré étroit ou un corridor assez large. Ce mot vient de « RIPA » qui veut dire Rive et de « sylva » signifiant Forêt. Le Cheminement se fera parfois sur la digue.

Arrivé à Saint Mont, comme son nom l’indique en pleine AOC Saint Mont, bien que le sentier reste rive droite, nous ne pouvons que vous conseiller de traverser le pont pour visiter le vieux village qui grimpe vers son église et son ancien monastère aujourd’hui devenu un hôtel restaurant. Et puis bien entendu, une visite s’impose à la cave de Saint Mont /Plaimont. N’oubliez pas que des visites sont aussi organisées pour en voir les chais à barrique, les vignes et mêmes vous offrir des dégustations de vins dans les caves voutées du Monastère. Mais boire ou marcher…il faut choisir !

Après cette halte pleine d’arômes, vous arriverez à Gée-Rivière. Le village une fois traversé, vous suivrez le canal, passerez devant le moulin pour rejoindre le Chemin de St Jacques de Compostelle.

Vous ferez alors à partir de là d’autres belles rencontres, celles de la méditation et de la spiritualité, de loin la rencontre la plus belle sur vous-même jusqu’à Barcelonne du Gers, et Aire sur l’Adour.

N’oublions pas de vous préciser que le projet continu et qu’en 2021, le sentier se poursuivra jusqu’à Dax…